Compte rendu de l'atelier de partage du diagnostic et de définition des enjeux du Jeudi 14 mars

#1
Partage du diagnostic Plan Climat
de la Communauté d’Agglomération
Marne et Gondoire

Le Jeudi 14 mars 2019, les participants à la réunion ont souligné les enjeux suivants, et émis les propositions ci-dessous.

1. Thème bâtiment / habitat

Sensibiliser les citoyens
■ Créer un espace information-énergie au sein de la collectivité pour informer sur les aides, les alternatives, la construction écologique individuelle ou collective comme industrielle (conseils, financements, aides techniques, liens vers les entreprises locales).
■ Sensibiliser les enfants sur les éco-gestes du quotidien.

Rénover le bâti existant
■ Sensibiliser les citoyens pour qu’ils connaissent les dispositifs d’aide existants.
■ Développer les aides financières pour les travaux de rénovation énergétique.
■ Encourager la réalisation de diagnostics énergétiques pour les rénovation, proposer un agrément pour les entreprises effectuant les diagnostic pour garantir la qualité.
■ Développer un agrément pour les entreprises locales compétentes pour la rénovation énergétique
■ Optimiser les travaux de rénovation : par exemple quand un bâtiment est ravalé, réaliser dans le même temps l’isolation par l’extérieur.
■ Rénover et construire les bâtiments et immeubles en utilisant les principes de l’architecture biomimétique (ou bio inspirée) pour économiser l’énergie lorsqu’ils seront en fonctionnement.
■ Encourager l’isolation des fenêtres.
■ Améliorer la gestion de l’eau dans le bâti.
■ Encourager la végétalisation des toitures et la récupération d’eau.

Rénover les systèmes de chauffage
■ Encourager les rénovations des systèmes de chauffage après des diagnostics énergétiques pour préconiser les solutions les plus efficaces.

Agir sur les nouvelles constructions
■ Favoriser les nouveaux bâtiments avec des normes HQE, BBC ou maison passive.
Sur l’énergie dans les bâtiments :
■ Favoriser les projets de construction à énergie positive.
■ Favoriser l’utilisation d’énergies renouvelables pour les nouveaux logements (dont le solaire photovoltaïque).
■ Rendre obligatoire les études sur la géothermie en amont des projets immobiliers (immeubles, bâtiments collectifs…).
■ Limiter ou interdire la climatisation et promouvoir ses alternatives (notamment le puits canadien).
■ Développer la végétalisation du bâti (toitures et murs).
■ Privilégier des matériaux de construction durables et (éviter les parpaings)
■ Imposer aux promoteurs des normes exigeantes (vitres anti-bruit et filtres à air).
■ Encourager la construction bois.
■ Encourager le recyclage des déchets de chantiers et développer des véhicules de chantier moins polluants.
■ Expérimenter d’autres manières de construire.
■ Permettre la réutilisation de l’eau et l’utilisation d’eau non potables pour les sanitaires.

Remodeler l’urbanisme et l’aménagement
■ Créer des éco-quartiers.
■ Favoriser l’habitat participatif.
■ Réfléchir à l’accessibilité en transports en commun et avec les modes actifs (pistes cyclables sécurisées) avant tout nouveau projet de logement.
■ Aménager le territoire en suivant les principes du biomimétisme.
■ Éteindre l’éclairage public la journée, expérimenter des détecteurs de présence pour limiter les consommations.
■ Privilégier les parkings avec des copeaux de bois plutôt que du béton.

Lutter contre la précarité énergétique
 Lutter contre les logements insalubres ;

Favoriser les usages domestiques plus sobres en énergie
■ Informer et faire de la pédagogie sur l’utilisation de l’énergie : par exemple, conseiller de limiter les consommations de chauffage 19° le jour et 17 ° la nuit, et sensibiliser la consommation de l’eau ;

Améliorer la performance énergétique du secteur tertiaire
■ Mieux gérer les consommations d’énergie dans les centres commerciaux (climatisation, magasins, portes ouvertes) et interdire les néons allumés la nuit.
Rendre exemplaire les bâtiments publics
■ Mettre à disposition des mairies des cahiers des charges pour les nouvelles constructions.
■ Effectuer les rénovations énergétiques des bâtiments publics (écoles, centres de loisirs, mairies…).
■ Rendre les bâtiments publics autonomes en énergie.
■ Généraliser les détecteurs de présence dans les bâtiments publics.
■ Éteindre les panneaux lumineux des communes la nuit.

Autres
■ Rendre obligatoire le recyclage des déchets de chantiers (routes…).
■ Créer des logements d’urgence sur le territoire, pour accueillir notamment les migrants climatiques.
■ Prévoir des logements mobiles pour des hébergements temporaires (recherche d’emploi, réfugiés…).


2. Thème mobilité et transports

Réduire les obligations de se déplacer
 Favoriser le développement d’activités économiques sur le territoire pour fixer les emplois et réduire les temps de trajets.
 Favoriser les circuits courts et la production alimentaire locale pour limiter les transports de marchandises et développer les emplois locaux.
 Développer les espaces de coworking.
 Encourager le télétravail et les téléconférences dans les entreprises et organisations du territoire.
 Mettre en place une bourse aux emplois par domaine d’activité pour rendre possible l’échange d’emplois pour se rapprocher de ses lieux de résidence.
 Généraliser le haut-débit sur le territoire.

Renforcer l’attractivité des transports en commun (desserte, fréquence, tarifs, confort…)
 Intensifier les fréquences, notamment des RER.
 Augmenter la fréquence des bus et le nombre de lignes.
 Mettre en place des voies réservées aux bus, et notamment sur les autoroutes.
 Instaurer la gratuité des transports en commun, au moins ponctuellement.
 Rendre les transports en commun facilement accessibles aux personnes vivant avec un handicap.

Faciliter l’intermodalité
 Installer des consignes sécurisées pour les vélos aux abords des gares pour favoriser l’intermodalité vélo et train.
 Développer le maillage cyclable reliant les gares aux principales zones de logement et d’activité.
 Créer des plateformes multimodales : vélo, voiture électrique, trottinette.
 Développer des parkings relais dans les gares suffisamment grandes.

Lutter contre la « voiture solo » (développer le covoiturage et la mutualisation)
 Créer des transports à la demande.
 Mettre en place une application de covoiturage, type oui hop, trajet enregistré et instantané, qui géolocalise, pour proposer des déplacements dans l'agglomération ou en région parisienne.
 Développer les aires de covoiturage.
 Mettre en place des voies réservées aux covoiturage sur les autoroutes et les artères principales.
 Développer l’autopartage sur le territoire.

Faciliter l’accès à des véhicules moins polluants
 Subventionner les achats de véhicules électriques (même si certains s’interrogent sur la pollution des véhicules électriques : batteries+ énergie nucléaire).
 Baisser les prix des recharges de véhicules électriques (dans les bornes situées sur la voirie).
 Mise en place de bornes de recharges - pour développer les voitures électriques.
 Arrêter la production de voitures trop puissantes et polluantes (SUV)
 Sensibiliser à l’écoconduite.
 Favoriser les bus et navettes moins polluants (véhicules électriques).
 Attribuer des aides financières pour l’achat de vélo à assistance électrique.
 Développer les moteurs à eau.

Encourager l’usage des transports « doux » (vélo, etc.)
 Généraliser les pedibus pour l’école et les activités périscolaires.
 Créer un réseau de piste cyclable pour relier les communes de l’agglomération et les gares.
 Installer des garages à vélo sécurisés, surtout pour les vélos à assistance électriques (écoles, centres commerciaux …).
 Mettre en place des solutions de vélos ou trottinettes en libre-service (type Velib’).
 Proposer des solutions cyclables sécurisées pour tous les points de rupture.
 Favoriser le prêt de vélo pour les transports du quotidien.
 Mettre en place des bus vélo pour encourager cette pratique.
 Développer des parcours de mobilité douce (piétons, vélos, trottinettes…) dans la ville.
 Généraliser les cédez le passage cyclistes aux feux.
 Inciter les entreprises à aider financièrement les employés pour utiliser le vélo ou venir à pied.
 Créer des zones piétonnes autour des écoles.
 Interdire les voitures dans de vastes zones.
 Encourager l’élevage des chevaux pour favoriser les transports doux hippiques (circuits école).

Agir pour la qualité de l’air face aux polluants liés aux transports
 Développer un plan bruit.
 Qualité de l’air : Zéro phyto (dans le plan départemental de l'eau).

Autres
 Développer le transport fluvial pour les matériaux.
 Créer des marchés flottants sur la Marne.
 Sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge et dans le cadre de projets éducatifs au vélo et à la sécurité à vélo.


3. Thème agriculture et consommation

Favoriser les techniques agricoles les moins polluantes
■ Développer des systèmes et techniques agricoles sobres (permaculture, maraîchage) au sein de petites structures.
■ Encourager la conversion vers l’agriculture biologique des exploitations du territoire.
■ Adopter des pratiques durables sur les espaces verts des communes : fauchage annuel, jachères fleuries en fonction des saisons.
■ Développer l’éco-pâturage avec des moutons.
■ Développer la lombriculture sur les exploitations.
■ Limiter les grandes cultures et développer le maraîchage ou la polyculture.

Faciliter l’adaptation au changement climatique
■ Définition d’un Périmètre de Protection des Espaces Agricoles et Naturels Périurbains (PPEANP).
■ Promouvoir les plantes les moins consommatrices d’eau.
■ Installer des récupérateurs d’eau de pluie de manière systématique sur tous les bâtiments publics.

Agir pour une sobriété énergétique des exploitations (bâtiments, machines…)
■ Favoriser le compostage des déchets organiques.

Accroître la rétention carbone du territoire (usages des sols, etc.)
■ Limiter l’artificialisation des sols et empêcher les nouveaux projets de bétonnage.
■ Protéger et préserver toutes les terres agricoles.
■ Préserver et restaurer les zones humides.
■ Planter des arbres et des arbustes dans l’espace public et notamment des fruitiers.
■ Replanter des haies et favoriser les petites parcelles (cf. plan Biodiversité de Nicolas Hulot).
■ Développer l’agriculture urbaine et des zones à planter dans l’espace public (Cf. incroyables comestibles).
■ Développer les jardins familiaux et partagés.
■ Créer des jardins dans les écoles.
■ Créer des clubs jardinage pour apprendre à jardiner et créer du lien social autour de cette activité.

Préserver et augmenter la qualité des sols
■ Effectuer des analyses de concentration en matières organique des sols et lier les subventions des agriculteurs à ces taux, ce qui permet d’encourager et d’inciter aux bonnes pratiques qui permettent le stockage du CO2 et l’amélioration de la qualité et de la fertilité des sols.
Développer la production d’énergies renouvelables – notamment : méthanisation
■ Valoriser la biomasse et les déchets agricoles (voire les déchets organiques ménagers) dans les unités de méthanisation.
■ Favoriser le compostage collectif et individuel.

Agir pour la qualité de l’air face aux polluants liés aux pesticides
■ Plan zéro phyto pour préserver la qualité de l’air
Permettre de réaliser des économies d’eau
■ Récupération des eaux usées traitées (station d’épuration de Saint-Thibault des vignes) avec traitement complémentaire pour l’irrigation des champs.
■ Réhabiliter les puits locaux, pollués à l’atrazine.

Biodiversité
■ Promouvoir la protection des oiseaux, comme à Jablines avec la LPO.
■ Faire un plan climat est essentiel pour l’homme mais aussi les plantes, insectes, oiseaux, mammifères, poissons, reptiles, ...
■ Eviter la prolifération des frelons asiatiques en prenant en charge la destruction des nids.
■ Favoriser les plantes mellifères.
■ Proposer des sorties nature pour inventorier la faune et la flore du territoire.

Divers
■ Aider les producteurs locaux à se fédérer et à répondre aux marchés publics des collectivités du territoire.
■ Appuyer l’installation de nouveaux agriculteurs qui s’engageraient dans l’agriculture biologique et les circuits courts (AMAP).
■ Valoriser le patrimoine naturel existant.
■ Labellisation des écoles E3D (établissements en démarche globale de développement durable).
■ Développer le compostage dans les écoles.

4. Thème économie locale/ Consommation

Sensibiliser le monde économique et soutenir les efforts de RSE
■ Développer sur le territoire des labellisations « Bon pour le climat », par exemple dans les restaurants fondés sur 3 critères (produits de saison, produits locaux, repas moins carnés).
■ Sensibiliser les entreprises sur les économies d’énergie et notamment extinction des panneaux lumineux la nuit.
Renforcer les formations - qualifications « durables » des agents économiques locaux
■ Créer des filières développement durable dans les lycées
Réduire le bilan carbone des Zones d’Activité
■ Sensibiliser les personnes y travaillant en créent notamment des alternatives à la voiture individuelle (favoriser le covoiturage, l’accessibilité cyclable, développer la desserte en bus…)

Développer l’économie circulaire et les mutualisations
■ Favoriser les pratiques d’économie circulaire entre les filières économiques en permettant le recyclage des déchets entre une filière et une autre (le déchet d’une filière peut devenir une ressource pour une autre filière). Pour cela, favoriser l’interconnaissance des acteurs économiques et les sensibiliser sur le sujet.
■ Développer le réemploi et notamment :
- Créer des boîtes à don dans l’espace public.
- Développer les Repair cafés pour développer la culture de la réparation.
■ Réfléchir à diminuer l’emballage et à réintroduire la consigne afin de diminuer la production de contenants et aussi d’éviter la pollution de l’espace public par les déchets plastiques
■ Obliger les entreprises à fournir des pièces détachées pendant plus de 5 ans.
Rendre les acteurs publics exemplaires, optimiser l’éclairage public
■ Remplacer l’ensemble des éclairages public sur voirie par des LED avec des capteurs de mouvement
■ Remplacer toutes les lampes en LED dans les bâtiments publics

Réduire, réutiliser et valoriser les déchets du BTP et de l’économie locale
■ Mise en place de déchetteries mobiles

Sensibiliser les consommateurs, en faveur d’une consommation responsable
■ Sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge et avec des animations adaptées à la consommation responsable
Renforcer les circuits courts
■ Développer et soutenir les magasins de producteurs et autres lieux (durables ou éphémères) qui proposent les produits locaux (comme les fermes de St Thibault ou Courberonne)
■ Multiplier les circuits courts = moins de transports, moins d'intermédiaires et meilleure rémunération des producteurs, plus de contacts avec ceux-ci, produits de saison, (dont beaucoup sont issus de l'agriculture biologique), payés au prix réel, diminution des déchets (dans le cas de produits non sur-emballés, et aussi par le compost) ...

Soutenir les producteurs locaux
■ Créer une monnaie locale.
■ Développer et soutenir les AMAP.
■ Permettre des ventes à la ferme ou sur des "hubs alimentaires" en facilitant l'organisation d'achats groupés.
■ Favoriser la production et la consommation de viande de qualité et locale.
■ Soutenir l’association Terre de Liens pour favoriser l’installation d’agriculteurs locaux
■ Installer des distributeurs de légumes, fruits et laits locaux dans toutes les villes

Soutenir les commerces de proximité
■ Développer les magasins de vente en vrac ou la culture du vrac dans les magasins de proximité
■ Refuser les projets de grands centres commerciaux
■ Favoriser les zones de circulation apaisées dans les centres-villes avec notamment des accès cyclables et stationnement pour faciliter l’accès aux commerces aux cyclistes et piétons

Développer les achats responsables des pouvoirs publics
■ Favoriser la consommation de produits de saison pour diminuer l’importation de denrées lointaines et contrer l’impact négatif dû au transport.
Et notamment, pour les cantines scolaires :
■ Mettre à disposition des terres agricoles pour y installer des maraîchers pour alimenter les cantines.
■ Favoriser l’utilisation de produits locaux et de saison pour les cantines scolaires.
■ Réduire la consommation de viande en proposant une charte à destination des professionnels pour systématiquement présenter chaque jour un plat végétarien bio et local à leur menu.
■ Reproduire l’expérimentation de la Maison de l’Éducation à l’Alimentation Durable (MEAD) à Mouans-Sartoux : les maraîchers bio sont présents dans les cuisines centrales des cantines, les enfants choisissent ce qu’ils veulent pour éviter les gaspillages. Cf. le site de la MEAD qui permet aux autres communes de développer ce système.
■ Travailler avec les cantines : multiplier les sensibilisations des enfants aux déchets et trouver des filières de recyclage (pain…).
■ Limiter les emballages dans les cantines
■ Instaurer des tables d’échanges dans les cantines où les enfants échangent leur nourriture
■ Généraliser les selfs pour éviter les gaspillages alimentaires.
■ Développer le compost dans les cantines et le valoriser dans les espaces verts des communes

Réduire et optimiser la gestion des déchets, dans une perspective zéro carbone
■ Diminuer les emballages et à réintroduire la consigne afin de diminuer la production de contenants pour éviter la pollution de l’espace public par les déchets plastiques.
■ Distribuer ou vendre de contenants réutilisables et durables (sacs, verres rétractables, pailles en bambou) pour limiter les objets à usage unique.
■ Supprimer les gobelets plastiques, notamment dans les machines à eau des équipements publics (médiathèque).
■ Réaménager les déchetteries pour qu’elles servent de lieu de réemploi et favorisent la gratuité, les échanges, la réutilisation.
■ Installer des tables de tri dès la maternelle pour sensibiliser et faire prendre les bonnes habitudes très jeunes.
■ Empêcher les décharges sauvages en sanctionnant et surveillant les zones potentielles (avec caméra)
■ Contrôler le contenu des poubelles pour évaluer la qualité du tri puis riposte graduée en 3 étapes (avertissement, stage de sensibilisation, amende).
■ Instituer un système de paiement de la taxe d’ordures ménagères relativement au poids des déchets générés après une grande campagne d’information et de sensibilisation.
■ Réduire le gaspillage alimentaire, notamment dans la restauration collective et les cantines.
■ Développer le compost publics et individuels, grâce notamment à une sensibilisation et de la communication dans les immeubles et auprès des particuliers.

Autres
 Favoriser les échanges de services entre voisins par le développement d’un réseau avec une application web

5. Thème nouvelles énergies

Développer l’éolien
■ Projet d'éolien à axe vertical, et horizontal - notamment sur les immeubles.
■ Encourager les projets de développement de systèmes éoliens individuels.
■ Installer des portiques éoliens au-dessus des lignes ferroviaires.
■ Veiller à construire des projets avec des matériels performants et peu de nuisances.
Développer le solaire
■ Évaluer les surfaces disponibles sur les toits (écoles, hangars…) pour l’installation de panneaux photovoltaïques.
■ Soutenir l’installation de parcs solaire « participatifs ». Identifier les opportunités, les terrains disponibles, les budgets d’investissement et de fonctionnement, les financements (communes, autres collectivités, la faisabilité juridique…
■ Développer les projets photovoltaïques sur les toits plats bien situés (bâtiments publics, centres commerciaux, zones industrielles).
■ Développer des projets d’installation solaire photovoltaïque sous les lignes haute-tension.

Développer la géothermie
■ Développer le potentiel des énergies renouvelables sur le territoire : géothermie, hydroélectricité…
■ Sur le parc St-Jean à Lagny, favoriser la construction des maisons et bâtiments autonomes énergétiquement (notamment puits canadiens et VMC double-flux).

Développer les utilisations de la biomasse, en méthanisation ou en bio carburants
■ Réseau de chaleur biomasse à Bussy St George (mais attention à l’émission de particules, et aux coûts d’exploitation).
■ Existence de projets de méthanisation, de solaire photovoltaïque et réseau de chaleur à Saint-Thibault des Vignes.
■ Développer des projets de méthanisation avec les déchets ménagers, et notamment, pour les logements, pour la mobilité avec des biogaz et dans les éco-quartiers (Saint-Jean).

Développer l’hydro-énergie
■ Utiliser la nappe phréatique entre Paris et Reims qui est naturellement chauffée à 90 °C, par exemple pour les bâtiments administratifs du quartier Saint-Jean.
■ Récupérer les eaux usées et les pompes à chaleur et dans les bâtiments.

Autres
■ Sensibiliser les citoyens sur la sobriété énergétique et les économies d’énergie en mettant en valeur les pratiques peu ou pas consommatrices d’énergie.
■ Développer un mix énergétique (bois, éolien, solaire…) pour un territoire autonome en énergie.
■ Utiliser l’énergie de mouvement des dance-floor pour produire de l’énergie.
■ Étudier comment limiter les consommations d’énergie des data center.
■ Organiser des appels d'offres mutualisés permettant à plus de monde de passer à des fournisseurs d’électricité plus verts et permettre des économies d’échelle, par exemple pour l’installation de panneaux photovoltaïques, pompes à chaleur.
■ Récupérer l’énergie des vibrations des routes.
■ Rechercher la sobriété et l’efficacité des EnR
cron