Emission de GES et alimentation

#1
Nous savons que notre alimentation est génératrice d’émissions de Gaz a Effet de Serre au niveau de la production, du transport, de la transformation, de la commercialisation, etc…

Pour diminuer ces émissions, nous pouvons agir selon plusieurs axes tout en améliorant l’autonomie alimentaire de notre territoire. Il convient avant tout de donner la priorité aux produits locaux.

D’où découlent plusieurs propositions :
- évaluer la production alimentaire de notre territoire et inciter à la création de nouvelles exploitations qui pourraient trouver des débouchés sur place (cantines, marché, ventes à la fermes, livraison en circuits courts) pour diminuer les déplacements.
- inciter à l’augmentation de la production locale en bio car les engrais et les pesticides de synthèse sont sources d’importantes émissions de GES (en particulier le protoxyde d’azote plus puissant que le CO2) et ,d’autre part, elle permet de retenir plus le CO2 dans le sol.
- favoriser la consommation de produits de saison pour diminuer l’importation de denrées lointaines et contrer l’impact négatif dû au transport.
- réfléchir à diminuer l’emballage et à réintroduire la consigne afin de diminuer la production de contenants et aussi d’éviter la pollution de l’espace public par les déchets plastic
- réduire la consommation de viande en proposant une charte à destination des professionnels pour systématiquement présenter chaque jour un plat végétarien bio et local à leur menu.

Re: Emission de GES et alimentation

#2
Bonjour,
Je pense que les cantines pourraient être un bon point d'entrée là dessus.
Il existe souvent des sensibilisations des enfants aux déchets en pensant les déchets à la fin de la cantine. Ceci est fait sur un temps donné et un point est fait avec les enfants à la fin.

Plus de repas végétariens, c'est essentiel je pense.

De plus, la généralisation des selfs éviterait les gaspillages alimentaires. Les enfants prennent ou pas. Je ne suis pas de celles qui pensent qu'on doit obliger les enfants à finir leur assiette. S'ils ne veulent pas de leur fromage, de toute façon, ils ne le mangeront pas et ça ira à la poubelle.

Re: Emission de GES et alimentation

#4
Je suis plutôt d'accord avec les propositions faites par Daniel, mais cela soulève plusieurs questions :
- est-il possible de contraindre les professionnels de la restauration à proposer un plat local chaque jour par exemple ?
- de la même manière, les vendeurs de produits alimentaires peuvent-ils être contraints à ne vendre que des produits locaux ou de saison ?
> contraint par un règlement ou bien par le paiement de taxes supplémentaires... c'est peu enthousiasmant pour tous.

Je pense que le mieux est que cela passe par des discussions et des prises de consciences de chacun. Les acteurs économiques du territoire doivent être d'accord pour s'engager dans cette voie car de leur enthousiasme naîtra l'enthousiasme des suivants.
Or il ne faut pas oublier que nous avons des entreprises de la mondialisation sur notre territoire qui n'iront sûrement jamais dans ce sens puisque leur intérêt premier est l'argent.

Je suis totalement d'accord avec le circuit-court et je pense qu'il faudrait au moins :
- encourager la diversification de la production locale.
- utiliser la production locale au moins pour les cantines du territoire pour éduquer les enfants dans ce sens avec pourquoi pas plusieurs cuisines centrales qui alimenteraient l'ensemble des communes. La mutualisation de ce service pourrait être assez intéressante.
- le reste pourraient être vendu directement depuis les exploitations

Afin d'encourager les citoyens à la consommation locale peut-être que certains biens ou services pourraient être payés avec une monnaie locale.
Par exemple le plat du jour local au restaurant, le bijou créé par un artisan local ou le miel récolté à proximité de chez nous seraient éligible à ce type de paiement.
Ainsi nous pourrions créer une circulation de monnaie locale afin de valoriser cette démarche et encourager l'ensemble des acteurs économiques à faire et revendre du local plutôt qu'une babiole ou une banane qui ont traversé le globe.

Enfin, les emballages eux pourraient faire l'objet de "sanctions" car ce n'est pas le consommateur qui exige d'avoir deux gâteaux dans un sachet en plastique plus dans une boite en carton. Même si les contraintes d'hygiène et de sécurité alimentaire qui sont sûrement imposées par des lois sont là pour nous "protéger", le consommateur pourraient avoir le choix que de repartir avec son produit dans ses propres contenants. Ainsi on pourraient laisser nos emballages chez le commerçant et si le paiement des ordures se faisaient au poids, ainsi le commerçant répercuterait le prix que lui coûtent les emballages auprès des fabricants qui seraient obligés eux aussi de réfléchir à leurs emballages. surtout quand on sait que nous dépensons plus dans l'image d'un produit que dans sa vraie valeur qualitative (nutritionnelle, efficacité, durabilité...).

Chacun des points évoqués ci-dessus peuvent faire l'objet de sujets différents sur le forum même si tous seront liés à la fin.

Marion

Re: Emission de GES et alimentation

#5
Parfaitement d'accord avec l'ensemble des propositions.

Voici quelques autres propositions :
Mettre en œuvre une sécurité sociale de l’alimentation (subvention sous forme d’une cotisation, affiliation des professionnels agréés tel que les producteurs & distributeurs, carte de sécurité sociale de l’alimentation)
Employer des agriculteurs dans les mairies
Passer les écoles au 100% bio et local

Cela permet
Améliorer la sécurité alimentaire
Favorise la consommation locale et les circuits courts
Créer des emplois
Améliorer la qualité des sols, des nappes phréatiques et la biodiversité
Rendre le territoire plus résilient
Permet de travailler sur l'éducation des enfants et des parents
etc...

voici quelques liens
https://www.isf-france.org/articles/pou ... limentaire
https://reporterre.net/Le-paysan-cherch ... actus_lilo
https://positivr.fr/cantine-bio-aliment ... actus_lilo

A bientôt
Christophe

Re: Emission de GES et alimentation

#6
Un complément d'information sur l'expérience de Mouans-Sartoux

Le site du MEAD (Maison d'Éducation à l'Alimentation Durable) où tout est expliqué
http://mead-mouans-sartoux.fr/

Le site de la mairie pour les coordonnées
http://www.mouans-sartoux.net/menu-cantine

Un article sur Mr Mondialisation :
https://mrmondialisation.org/a-mouans-s ... t-100-bio/

Un deuxième article qui explique comment le gaspillage a permis de financer le tout bio :
https://blog.francetvinfo.fr/l-instit-h ... tions.html

un petit résumé en chiffre de l'article:
- la cantine scolaire génère 80% de déchets en moins qu’en 2010 : triés et pesés, les déchets ne pèsent plus que 3 à 5 kg par repas (contre 25 kg avant) ; la moyenne française, en restauration collective, est de 150 g de déchets par assiette, à Mouans-Sartoux, 30 g.
- la réduction des déchets représente un gain de 20 centimes par plateau : 150.000 repas étant servis chaque année, c’est une économie de 30.000 € annuels qui a permis de financer le tout-bio.
- les repas sont passés de 20 % bio en 2008 (1,90 € de coût aliments par repas), à 100 % bio en 2012 (1,86 € par repas) ; le prix moyen de participation pour les familles est de 3,13 €, ce qui n’est pas plus cher qu’ailleurs. Sauf que, depuis 2012, les élèves de Mouans-Sartoux mangent 100% bio toute l’année.

Bonne soirée
cron